risques sanitaires

Sécurité sanitaire : l’Anses et l’InVS signent un accord cadre de coopération

Publié le

Le 10 avril 2012, Marc Mortureux, directeur général de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation de l’environnement et du travail (Anses) et Françoise Weber, directrice générale de l’Institut de veille sanitaire (InVS), ont signé une convention cadre dont l’objectif est de renforcer les relations déjà existantes entre ces deux acteurs majeurs du dispositif national de sécurité sanitaire. Dans ce cadre, ils fixent trois thèmes de travail prioritaires : la surveillance intégrée des expositions aux substances chimiques, la veille et la vigilance sanitaire et la lutte contre les maladies infectieuses.

Anses Agence nationale de sécurité sanitaire Alimentation Environnement Travail.

Les nanoparticules seraient-elles dangereuses pour la santé ?

Publié le

Les nanoparticules sont de plus en plus utilisées dans divers produits de consommation tels que vêtements, médicaments ou encore matériaux de construction. Une récente étude du Folkehelseinstituttet (FHI – institut norvégien de la santé publique) [1] révèle que certaines de ces nanoparticules pourraient affecter les cellules testiculaires et avoir une incidence sur la fertilité.

via2012/04/04 > BE Norvège 107 > Les nanoparticules seraient-elles dangereuses pour la santé ?.

– UFC Que Choisir- Qualité de l’eau potable en France – Eau secours ?

Publié le

Synthèse réalisée à partir des résultats d’analyse de l’eau des 36 568 communes de France métropolitaine, publiés sur le site du ministère de la Santé (http://www.sante.gouv.fr/resultats-du-controle-sanitaire-de-la-qualite-de-l-eau-potable.html), pour six critères : pesticides (quantité totale de pesticides, atrazine et ses métabolites), nitrates, sélénium, qualité bactériologique (bactéries coliformes), aluminium, radioactivité. Pour un critère donné, l’eau d’une commune est considérée comme non conforme si plus de 25 % des analyses pour ce critère sont supérieures à la norme.

En fonction de la proportion d’analyses non conformes, et pour chaque critère, nous avons défini les appréciations suivantes :

– Qualité de l’eau « Bonne » : aucune analyse non-conforme
– Qualité de l’eau « Passable » : moins de 25 % d’analyses non-conformes
– Qualité de l’eau « Dégradée » : entre 25 % et 50 % d’analyses non-conformes
– Qualité de l’eau « Mauvaise » : entre 50 % et 75 % d’analyses non-conformes
– Qualité de l’eau « Très mauvaise » : plus de 75 % d’analyses non-conformes.

viaQualité de l’eau potable en France – Eau secours ? – UFC Que Choisir.

L’ONU signe un accord pour protéger l’environnement des déchets électroniques

Publié le

L’Union internationale des télécommunications (UIT), l’agence des Nations Unies spécialisée dans les technologies de l’information et de la communication, a signé mardi un accord avec le Secrétariat de la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontaliers des déchets dangereux (SCB), pour réduire les dégâts causés par les déchets électroniques grâce à un système de recyclage des matériaux dangereux.

viaL’ONU signe un accord pour protéger l’environnement des déchets électroniques.

Lancement d’un projet européen destiné à harmoniser et à faciliter le suivi des contaminants de l’alimentation

Publié le

Lancement d’un projet européen destiné à harmoniser et à faciliter le suivi des contaminants de l’alimentation

Plusieurs pays européens réalisent régulièrement des études destinées à suivre l’exposition des populations aux contaminants chimiques à travers leur alimentation quotidienne (études dites « de l’alimentation totale »). Un projet européen appelé « TDS_EXPOSURE » est lancé aujourd’hui afin d’harmoniser les méthodes utilisées pour réaliser ces études et ainsi faciliter leur mise en œuvre et la comparaison des résultats. Destiné à durer 4 ans, ce projet est coordonné par l’Anses et réunit 26 partenaires de 19 pays européens.

Anses Agence nationale de sécurité sanitaire Alimentation Environnement Travail.

Consultation sur l’arrêté fixant la liste des produits chimiques pouvant présenter un effet significatif sur la santé et sur l’environnement

Publié le

L’engagement 250 du Grenelle de l’environnement prévoit la constitution d’une nouvelle filière de responsabilité des producteurs sur les déchets ménagers de produits chimiques pouvant présenter un risque pour la santé ou l’environnement.

Le projet d’arrêté soumis à consultation fixe la liste des produits chimiques concernés ainsi que les critères les définissant. Il s’agit notamment des produits biocides et phytopharmaceutiques ménagers, des colles et mastics, des enduits, peintures et lasures, des solvants, des produits décapeurs de surface ou déboucheurs de canalisations, des acides et alcools ménagers, des extincteurs utilisés par des particuliers et des fusées de détresse des plaisanciers.

viaConsultation sur l’arrêté fixant la liste des produits chimiques pouvant présenter un effet significatif sur la santé et sur l’environnement – Débats et consultations – Vie-publique.fr.