Pollution

Nouvel épisode de pollution aux particules dans plusieurs régions

Publié le

Le ministère de l’Ecologie a mis en garde le 23 mars sur le nouvel épisode de pollution aux particules qui frappe notamment le tiers nord de la France et le bassin lyonnais. Avec les conditions météorologiques actuelles – températures entre 15 et 20°C, bon ensoleillement et vents faibles -, les concentrations de polluants sont redevenues élevées et risquent d’augmenter au fil des jours. Les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) ont relevé des concentrations de particules PM10 dans l’air supérieures à 50 microgrammes par mètre cube (µg/m³) dans plusieurs régions.

viaNouvel épisode de pollution aux particules dans plusieurs régions – Localtis.info un service Caisse des Dépôts.

Émissions agricoles de particules dans l’air : état des lieux et leviers d’actions

Publié le

La pollution de l’air est un enjeu prioritaire en raison de ses effets néfastes sur la santé et sur l’environnement. L’agriculture, comme les autres secteurs d’activité, contribue à l’émission de particules fines dans l’atmosphère. Selon le Centre interprofessionnel d’étude de la pollution atmosphérique (Citepa), elle serait responsable, en 2010, de 48 % des émissions de particules totales et de 97 % des émissions d’ammoniac. Ce gaz est considéré comme un précurseur de particules secondaires qui se forment après condensation de plusieurs composés chimiques présents dans l’air. Si les travaux au champ sont identifiés comme la principale source de particules primaires, l’élevage émet près de 77 % de l’ammoniac d’origine agricole.

 

Cette brochure s’inscrit dans le cadre du Plan Particules qui vise une réduction de 30 % des particules fines (PM2,5) dans l’air d’ici à 2015. Elle présente poste par poste l’état des connaissances sur les émissions d’origine agricole et identifie des techniques moins émettrices, que ce soit pour les cultures ou pour l’élevage. À ce jour, la priorité est de sensibiliser le monde agricole aux enjeux liés aux particules mais aussi de mettre en place des leviers déjà éprouvés qui agissent sur d’autres problématiques environnementales et s’inscrivent en lien avec les contraintes agronomiques et d’élevage.

Cette brochure a été réalisée en partenariat avec le ministère en charge de l’écologie et du développement durable, le ministère en charge de l’agriculture, l’Inra, l’APCA, l’Ifip – Institut du port, l’Itavi, l’Idele, le Citepa et l’Inéris.

viaPublications ADEME.

Forum mondial de l’eau : les Français inquiets des effets de la pollution de l’eau sur leur santé

Publié le

Une grande majorité de Français placent la pollution de l’eau en tête des priorités environnementales et s’inquiètent des menaces sur la santé et les écosystèmes des eaux usées non traitées, selon un sondage* réalisé pour le compte du Siaap (Service public d’assainissement de l’agglomération parisienne) et publié ce 12 mars à l’ouverture du Forum mondial de l’Eau (FME) qui se tient à Marseille jusqu’au 17 mars. 95% des personnes interrogées sur les priorités d’actions environnementales ont placé la pollution de l’eau devant celle de l’air (94%). Près de neuf personnes sur dix (88%) jugent l’extinction d’espèces animales et végétales et l’épuisement des énergies fossiles (87%) prioritaires. Et le réchauffement climatique demeure un sujet de préoccupation pour 84%.

viaForum mondial de l’eau : les Français inquiets des effets de la pollution de l’eau sur leur santé – Localtis.info un service Caisse des Dépôts.

PARTICUL’AIR. Etude inter‐régionale de la pollution particulaire en zone rurale

Publié le

Le programme Particul’Air a été proposé afin d’améliorer la connaissance des niveaux de concentrations et des sources de particules et de HAP dans ces zones rurales, encore très peu investiguées en France. Les objectifs plus spécifiques sont :
− d’une part de caractériser la pollution particulaire (niveaux, composition chimique, évolution annuelle, particularités régionales…),
− d’autre part d’étudier l’influence dans ce type de milieux des différentes sources de particules ; un intérêt particulier est porté à ce titre à l’étude des traceurs du chauffage au bois, source
potentiellement importante de particules et de HAP.
In fine, les résultats ont vocation à guider au mieux les pouvoirs publics en ce qui concerne les types de zones rurales pour lesquelles des actions sur les émissions de particules et HAP sont nécessaires,
et dans ce cas, sur les sources à l’origine des niveaux de polluants observés. La méthodologie proposée présente l’intérêt de coordonner, pour la première fois, des travaux d’observation et de caractérisation de la pollution particulaire en milieu rural dans huit régions en utilisant des protocoles et des calendriers identiques. Cette coordination, assurée par l’ADEME, a été permise par le travail commun sur l’ensemble des étapes du projet de 8 AASQA (Airbreizh, Airaps,Aircom, Atmo Auvergne, Atmo Franche‐Comté, Atmo Poitou‐Charentes, Lig’Air, Limair) et de deux laboratoires de recherche (LCME et LGGE). En particulier, cette large collaboration inter‐AASQA a permis de prendre en compte un nombre important de sites de mesure, assurant à travers le nombre des campagnes et la diversité des sites la représentativité de l’étude.

 

 

rapport PARTICULAIR final.pdf Objet application/pdf.

Quand l’air est mis à l’épreuve : mesurer, percevoir et délibérer sur la qualité de l’air au Xxe et XXIe siècle

Publié le

L’appa est partenaire du projet HICQUAR Histoire de la concertation dans la mesure et la régulation de la qualité de l’air : cadrages administratifs, neutralité scientifique et débordements citoyens.

Dans le cadre du programme « Concertation Environnement Décision » soutenu par la Ministère de l’écologie, le projet HICQUAR,  conduit par Florian Charvolin, ouvre un appel à communication pour le colloque qu’il organise à Lyon en Novembre 2012.

4-120112021220.pdf Objet application/pdf.

INPES – Intoxication au monoxyde de carbone

Publié le Mis à jour le

Chaque année, au cours de la période de chauffe, plusieurs milliers de personnes sont victimes d’une intoxication au monoxyde de carbone. La prévention consiste à faire adopter les bons gestes (aérer son logement) mais aussi informer sur les règles de sécurité concernant le fonctionnement des appareils de chauffage, des cheminées et des moteurs à combustion interne.

viaINPES – Intoxication au monoxyde de carbone.