gestion des risques

Le principe de précaution : quelques réflexions sur sa mise en œuvre (DT) – Commissariat général à la stratégie et à la prospective

Publié le Mis à jour le

Document de travail (2013-05) – Le principe de précaution : quelques réflexions sur sa mise en œuvre [PDF]
Document de travail (2013-05) [PDF]
Ce document de travail propose quelques réflexions sur la mise en œuvre du principe de précaution.

Les premières années d’application de la Charte de l’environnement ont confirmé la nécessité de considérer le principe de précaution comme un principe d’action qui doit s’appuyer sur le meilleur état de la connaissance technique et scientifique et conduire à la réalisation de travaux de recherche accrus. Ce principe est malheureusement très souvent mal compris de la part du citoyen, mais aussi parfois des hommes politiques, très mal relayé par les médias, et sert trop souvent d’argument à l’immobilisme ou au choix d’un moratoire qui n’est alors utilisé que comme le report d’une décision pendant plusieurs mois : sa mise en œuvre doit déclencher au contraire les programmes de recherche et les approfondissements nécessaires à l’évaluation des incertitudes existantes.

viaLe principe de précaution : quelques réflexions sur sa mise en œuvre (DT) – Commissariat général à la stratégie et à la prospective.

Exposition aux ondes électromagnétiques : deux rapports rendus à Philippe Martin et Fleur Pellerin

Publié le Mis à jour le

Le comité opérationnel sur les ondes de téléphonie mobile a remis ses deux rapports à Philippe Martin et à Fleur Pellerin.

Ce comité opérationnel a associé des représentants de l’État, de collectivités locales, d’opérateurs de téléphonie mobile, d’associations de défense des consommateurs et de protection de l’environnement et s’est appuyé sur des compétences scientifiques et techniques fortes (Agence nationale des fréquences, Centre scientifique et technique du bâtiment, Institut national de l’environnement industriel et des risques, experts).

Le premier rapport évalue la faisabilité d’un abaissement de l’exposition aux radiofréquences émises par les antennes relais de téléphonie mobile. Il retrace les expérimentations qui se sont déroulées sur 16 quartiers pilotes représentatifs de la diversité des configurations urbaines.

Le second rapport identifie de nouvelles procédures de concertation et d’information locales pour accompagner les projets d’implantation d’antennes relais, grâce aux expérimentations qui ont eu lieu sur 9 villes pilotes jusqu’en décembre 2012.

viaExposition aux ondes électromagnétiques : deux rapports rendus à Philippe Martin et Fleur Pellerin – Ministère du Développement durable.

Évaluation de l’exposition de l’enfant aux substances toxiques indésirables par l’intermédiaire de l’allaitement maternel : facteurs à considérer

Publié le Mis à jour le

Éditeur(s) : Institut national de santé publique du Québec, 2013, 44 pages.

Les humains sont continuellement à risque d’être exposés à des substances toxiques qui contaminent leur environnement et les aliments qu’ils consomment. Plusieurs de ces substances toxiques peuvent donc se trouver dans le lait maternel et, conséquemment, le nourrisson y est exposé durant la période de l’allaitement. Pour cette raison, les autorités de santé publique souhaitent, dans la mesure du possible, prévenir tout risque pour la santé du nourrisson allaité. Or, avant d’être en mesure de prévenir un risque, il faut d’abord pouvoir l’évaluer.

Ce document vise à fournir des informations pratiques sur les méthodes scientifiques permettant d’évaluer l’exposition du nourrisson à différentes substances toxiques présentes dans le lait maternel, et ce, selon divers contextes et diverses conditions d’exposition de la mère. Il permet de jeter un regard général sur les facteurs qui influencent le transfert dans le lait maternel de substances toxiques auxquelles une mère allaitante est exposée ou a été exposée par le passé.

Cet ouvrage est destiné aux médecins, aux toxicologues, aux infirmières et aux autres professionnels de la santé s’intéressant à la problématique de la contamination du lait maternel par des substances toxiques, qu’ils soient débutants ou chevronnés. Il s’adresse également aux analystes des risques reliés aux substances toxiques.

viaPublications – Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).