bruit

Les transports, premier facteur de bruit pour les Franciliens

Publié le

D’une façon générale, les Français comme l’ensemble des Européens se préoccupent en priorité de la pollution de l’air, de la pollution de l’eau et de l’impact sur la santé des produits chimiques utilisés dans les produits de tous les jours. Mais à l’échelle de leur logement et de leur quartier, c’est la pollution sonore qui les soucie le plus. L’Ile-de-France, où vivent 12 millions d’habitants, se distingue car elle est exposée à un fort niveau de nuisances sonores. En cause, un habitat concentré, une exceptionnelle
densité des infrastructures de transports et des activités économiques.

http://www.credoc.fr/publications/abstract.php?ref=CMV296

Evaluation stratégique du Plan Bruit de l’ADEME

Publié le

L’étude d’évaluation stratégique du Plan Bruit de l’ADEME a été conduite en 2015 par un prestataire externe. Elle visait l’évaluation du traitement des Points Noirs du Bruit des transports terrestres et l’installation de 4 observatoires du bruit dans les grandes agglomérations.
L’enjeu de cette évaluation était de faire le bilan des résultats et impacts réels obtenus après 7 années d’activité (2009 – 2015) afin de tirer les enseignements de la mise en oeuvre du Plan Bruit et d’analyser l’impact qu’il a pu avoir dans la stratégie nationale de lutte contre le bruit des transports terrestres portée par le Ministère de l’Ecologie
A la suite de cette évaluation, un plan d’action bruit de l’ADEME 2016 – 2019 a été établit notamment sur la base des recommandations du rapport d’évaluation. Trois axes ont été tracés :

  1. Agir via la rénovation énergétique des logements ;
  2. Agir via la planification territoriale et l’aménagement urbain ;
  3. Clore le Plan Bruit fin 2020, capitaliser et transférer notre expérience

http://www.ademe.fr/evaluation-strategique-plan-bruit-lademe