Allergies

Dossier de presse : Allergènes, perturbateurs endocriniens, substances nocives ; Comment mieux préserver la santé des jeunes enfants en Nouvelle-Aquitaine ?

Publié le Mis à jour le

De nombreuses études s’intéressent aux risques sanitaires liés à l’utilisation de produits d’usage courant (produits d’entretien, cosmétiques, accessoires en plastiques…). Si beaucoup de relations restent encore à démontrer, certaines substances présentes dans nos environnements intérieurs sont suspectées de participer à l’apparition de maladies ou troubles de la santé (troubles de la reproduction, cancers, obésité, diabète, troubles neuro comportementaux…). Les femmes enceintes et les jeunes enfants seraient un public particulièrement vulnérable à ces substances. L’ARS Nouvelle-Aquitaine a donc décidé d’agir en faveur de la petite enfance en l’inscrivant comme cible prioritaire de sa stratégie de prévention et promotion de la santé environnementale.

https://www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/system/files/2018-09/DP_strategie_petite_enfance_25_09_2018_VF.pdf

Santé & Territoires Nouvelle-Aquitaine

Allergènes, perturbateurs endocriniens, substances nocives …
Comment mieux préserver la santé des jeunes enfants en Nouvelle-Aquitaine?

https://www.nouvelle-aquitaine.ars.sante.fr/system/files/2018-09/DP_strategie_petite_enfance_25_09_2018_VF.pdf

Voir l’article original

Colloque scientifique annuel « La nature, le jardin et l’homme : préserver et innover. » – Société Nationale d’Horticulture de France

Publié le

Le colloque scientifique se tiendra le 19 mai (de 8h30 à 16h30) au CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux (7 Rue Ferrere). Organisé par la Société Nationale d’Horticulture de France, en collaboration avec Val’hor, la ville de Bordeaux et le Jardin botanique de Bordeaux, ce colloque vise à mener une réflexion sur la relation de l’Homme à l’univers végétal.

Asservir la nature en la transformant ? La domestiquer en la comprenant ? La protéger en la respectant ? Où en sommes-nous ? Sommes-nous conscients de nos contradictions ?…

Autant de questionnements qui seront abordés lors de cette journée divisée en trois sessions : « Les dynamiques de la nature » (évolution et domestication), « Le jardin patrimoine culturel et vivrier », « Du bon usage des plantes » (plantes alimentaires, médicinales, allergisantes).

–> Vous pouvez vous inscrire sur la boutique en ligne ou en remplissant un bulletin d’inscription. Date limite d’inscription : 15 mai 2017.

Source : Colloque scientifique « La nature, le jardin et l’homme : préserver et innover. » – Société Nationale d’Horticulture de France

L’ambroisie, une plante envahissante et dangereuse pour la santé qui doit être éliminée avant le démarrage de sa floraison – Ministère des Affaires sociales et de la Santé – www.sante.gouv.fr

Publié le

L’ambroisie à feuilles d’armoise (Ambrosia artemisiifolia L.) est une plante envahissante dont le pollen émis en fin d’été est particulièrement allergisant. L’allergie à l’ambroisie apparaît après plusieurs années d’exposition à son pollen. Quelques grains de pollen par mètre cube d’air sont alors suffisants pour que des manifestations allergiques apparaissent chez les sujets sensibles : rhinites, conjonctivites, symptômes respiratoires tels que trachéite, toux et parfois urticaire ou eczéma.

Dans 50% des cas, l’allergie à l’ambroisie peut entraîner l’apparition de l’asthme ou provoquer son aggravation. L’ambroisie se répand progressivement dans toute l‘Europe, notamment en France [1] comme le montrent les nouvelles cartographies [2] et son impact sur la santé augmente d’année en année en métropole.

viaL’ambroisie, une plante envahissante et dangereuse pour la santé qui doit être éliminée avant le démarrage de sa floraison – Ministère des Affaires sociales et de la Santé – www.sante.gouv.fr.

BISE | Asthme et allergies chez l’enfant, facteurs environnementaux et programmes de prévention

Publié le Mis à jour le

Au cours des dernières décennies, la prévalence de l’asthme et des manifestations allergiques a connu une augmentation importante, principalement dans les pays industrialisés. Plusieurs hypothèses concernant cet accroissement ont été mises de l’avant au cours des années. L’augmentation observée a notamment été attribuée à une meilleure reconnaissance diagnostique, ou encore à une augmentation de l’exposition aux aéroallergènes présents dans l’air intérieur et extérieur.

Lire l’article de Jean-Marc Leclerc, Pierre Lajoie et Pierre Chevalier, Direction de la santé environnementale et de la toxicologie, Institut national de santé publique du Québec viaBISE | ARTICLE PRINCIPAL – Asthme et allergies chez l’enfant, facteurs environnementaux et programmes de prévention.