santé publique

Qualité de l’air intérieur dans les écoles françaises

Publié le

Résumé des résultats publiés par l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur – OQAI –  concernant la campagne nationale d’évaluation de la qualité de l’air, menée dans les écoles françaises.

En quelques chiffres :

  • 301 écoles maternelles et élémentaires tirées au sort parmi 52 582 écoles.
  • 4 années, l’étude a été menée de juin 2013 à juin 2017.
  • 2 campagnes de mesures par école, une fois en période estivale et une fois en période hivernale.
  • 71 polluants recherchés dans l’air intérieur, dont 13 COV – Composés Organiques Volatils, 3 aldéhydes (dont le formaldéhyde) et 46 COSV – Composés Organiques Semi Volatils.
  • 6 paramètres de confort contrôlés : la température, l’humidité, la concentration en dioxyde de carbone (indice de confinement), les niveau sonores, d’éclairement et des champs électromagnétiques.

 

Caractéristiques des écoles investiguées (source : OQAI)

 

Téléphones mobiles et santé : les 6 bons comportements

Publié le

Bon ou mauvais pour la santé ? Il n’existe pas aujourd’hui de preuve scientifique démontrant que l’usage des téléphones mobiles présente un risque pour la santé. Cependant, des interrogations subsistent sur d’éventuels effets à long terme des ondes radiofréquences, d’autant plus que certains consommateurs font de ces technologies un usage intensif et ce de plus en plus jeune. À titre de précaution, voici 6 comportements à adopter pour réduire son exposition aux ondes émises par les téléphones mobiles

via eSET Bourgogne-Franche-Comté

Qualité de l’air intérieur : l’Ademe compare les politiques publiques d’une vingtaine de pays

Publié le

Comment nos voisins intègrent-ils dans leurs actions réglementaires et de prévention l’enjeu sensible de la qualité de l’air intérieur ? Quels enseignements en tirer dans le cadre de l’application de nos plans nationaux et régionaux santé-environnement ? Dans un benchmark de politiques publiques dévoilé le 14 septembre, l’Ademe passe en revue des mesures portées à l’international par d’autres agences gouvernementales, ministères ou collectivités, et alimente ainsi la réflexion pour enrichir le cadre français.

Lire l’article : Au service des territoires

Qualité de l’air intérieur : nouveaux enjeux

Publié le Mis à jour le

Primequal, programme de recherche inter-organismes pour une meilleure qualité de l’air, est un programme de recherche mis en œuvre par le ministère et par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie. Il vise à fournir les bases scientifiques et les outils nécessaires aux décideurs et aux gestionnaires de l’environnement pour surveiller et améliorer la qualité de l’air intérieur et extérieur afin de réduire les risques pour l’environnement et la santé.

Le programme Primequal a lancé fin 2011 un appel à propositions de recherche sur les « environnements intérieurs et approches innovantes ». Les projets de recherche sélectionnés ont abordé de nombreux enjeux émergents de la qualité de l’air intérieur. Cette publication en présente les principales conclusions, à destination des décideurs et des gestionnaires.

Qualité de l’air intérieur : nouveaux enjeux (format – 474.1 Ko) Théma – Octobre 2017

Source : La collection Théma | Ministère de la Transition écologique et solidaire

Reportage de France 3 sur l’étude PREVED

Publié le

Le mois dernier, une équipe de France 3 Nouvelle Aquitaine est venue dans le logement pour faire un reportage sur l’étude PREVED. Cette étude consiste à informer les futures mamans sur les dangers des perturbateurs endocriniens afin de voir si le partage d’informations permet de diminuer les risques, et quelle est la meilleure méthode.

A l’heure actuelle, près de 50 futures mamans ont accepté d’entrer dans l’étude, et il en faut 210 pour valider l’expérience.

Pour participer, vous pouvez appeler le 05.49.44.49.56 ou envoyer un mail à l’adresse suivante : etudepreved@chu-poitiers.fr

Le reportage est disponible sur le lien suivant :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/vienne/poitiers/informer-futures-mamans-dangers-perturbateurs-endocriniens-vienne-1291621.html

Le bisphénol A reconnu pour ses propriétés de perturbation endocrinienne par l’ECHA sur proposition française | Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Publié le Mis à jour le

L’Anses a soumis en février 2017 auprès de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) une proposition de classement du bisphénol A (BPA) comme substance extrêmement préoccupante (SVHC-substance of very high concern) dans le cadre du règlement européen REACh, au titre de ses propriétés «perturbateur endocrinien» pour la santé humaine. Cette proposition vient d’être adoptée par le comité des Etats membres de l’ECHA. Cette décision aura pour conséquence une obligation pour l’industrie de notifier à l’ECHA la présence de la substance dans les articles fabriqués ou importés et d’informer l’acquéreur d’un article de la présence de BPA. L’inscription du BPA sur la liste de l’ECHA des substances extrêmement préoccupantes ouvre également la possibilité que le BPA soit soumis à autorisation en tant que substance, conditionnant ses usages à l’octroi d’une autorisation temporaire et renouvelable.

Source : Le bisphénol A reconnu pour ses propriétés de perturbation endocrinienne par l’ECHA sur proposition française | Anses – Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

EnregistrerEnregistrer