Les transports, premier facteur de bruit pour les Franciliens

Publié le

D’une façon générale, les Français comme l’ensemble des Européens se préoccupent en priorité de la pollution de l’air, de la pollution de l’eau et de l’impact sur la santé des produits chimiques utilisés dans les produits de tous les jours. Mais à l’échelle de leur logement et de leur quartier, c’est la pollution sonore qui les soucie le plus. L’Ile-de-France, où vivent 12 millions d’habitants, se distingue car elle est exposée à un fort niveau de nuisances sonores. En cause, un habitat concentré, une exceptionnelle
densité des infrastructures de transports et des activités économiques.

http://www.credoc.fr/publications/abstract.php?ref=CMV296